Cloud Interoperability, APIs & Standardization

Cloud Interoperability Magazine

Subscribe to Cloud Interoperability Magazine : eMailAlertsEmail Alerts newslettersWeekly Newsletters
Get Cloud Interoperability Magazine : homepageHomepage mobileMobile rssRSS facebookFacebook twitterTwitter linkedinLinkedIn


Cloud Interop Authors: Kevin Jackson, Thanh Tran

Related Topics: Cloud Computing, Enterprise Mashups, Cloud Interoperability, Cloudonomics Journal, Twitter on Ulitzer, SaaS Journal, Facebook on Ulitzer

Facebook: Blog Feed Post

Web 2.0 et ... Machiavel


Pourquoi ce titre ? 
Statue Machiavel Je relisais récemment quelques textes de Nicolas Machiavel quand j’ai retrouvé cette citation :

“Les innovateurs se créent des ennemis de tous ceux qui bénéficiaient du système ancien et ne disposent que d’un soutien “mou” de ceux qui pourraient bénéficier du nouveau système.
Le prince

Cela m’a aidé à mieux comprendre les difficultés que je rencontre tous les jours quand je fais la promotion des solutions Web 2.0 dans les entreprises.
Il y a en effet beaucoup “d’ennemis” et peu de bénéficiaires des “nouvelles solutions Web 2.0” !


Les innovations du Web 2.0 (rappel)

Innovation Web 2.0  C’est un sujet vaste, traité en permanence sur ce blog ; je vais simplement en rappeler quelques idées clefs :

- L’Innovation vient en priorité du grand public, tant pour les outils que pour les usages.

- Les infrastructures informatiques migrent, progressivement vers des solutions de “Cloud Computing”.

- Les logiciels traditionnels sont, rapidement, remplacés par des solutions SaaS, Software as a Service, hébergées sur le “Cloud”.

- Les solutions “intégrées” sont remplacées par une logique de composants, tant au niveau des infrastructures que des usages.

Je vous propose de faire, rapidement, un premier tour d’horizon des “ennemis” et des “bénéficiaires” du Web 2.0, au sens de Machiavel.


Les “ennemis” du Web 2.0 ... dans les DSI

La grande majorité des activités informatiques réalisées dans une DSI (Direction des Systèmes d’Information) sera impactée par les avancées du Web 2.0.
Je prendrai juste deux exemples :

Broken DataCenter - Production et gestion des centres de calcul. Tous les professionnels qui travaillent dans des centres de calcul d’entreprise comprennent bien que leurs métiers peuvent disparaître si l’essentiel des infrastructures bascule sur le “Cloud”.

Software factory - Etudes informatiques.  Les solutions SaaS ne permettent pas de “modifier” l’application ; elles permettent seulement une “paramétrisation” de cette dernière. C’est une excellente nouvelle pour les entreprises, car cela évite les très grosses bêtises ; c’est moins évident pour les équipes internes qui vont voir leur charge de travail divisée par 5 ou par 10 !



Les “ennemis” du Web 2.0 ... dans l’offre

Ils sont légion !!
Nantis Ce sont tous les “nantis” de l’informatique historique qui voient leurs privilèges menacés.

J’ai prévu de publier sur mon blog, dans les semaines qui viennent, une série complète de textes sur :

Le Tsunami Web 2.0, SaaS et Cloud Computing

J’y analyserai en détail les impacts du Web 2.0 sur tous les acteurs de l’offre de solutions.
Aujourd’hui, je vais simplement en donner un petit nombre d’exemples :

- Postes de travail. L’arrivée des NetBooks, très largement suffisants pour des usages SaaS, donne des sueurs froides aux fabricants de portables et des inquiétudes à Intel qui voit son CA menacé, car les processeurs utilisés sont très bon marché.

- Serveurs. Les acteurs du Cloud Computing achètent beaucoup de serveurs, oui... mais lis les utilisent beaucoup mieux que la grande majorité des entreprises. La forte baisse des ventes de serveurs aux entreprises ne sera pas compensée par les achats Cloud Computing.

- Editeurs de logiciels traditionnels. C’est la fin des marges “monstrueuses” sur des produits génériques ; à titre d’exemple, la division Office de Microsoft, c’est 80 % de marge brute et un bénéfice net de plus de 10 milliards de dollars (chiffres 2007) !
Difficile de maintenir cette rente “monopolistique” quand les solutions comme Google Apps vont gagner, très vite, du terrain.

Armada consultants - SSII (Société de Services). On verra disparaître les mégas contrats “indécents” d’installation de progiciels SAP ou Oracle qui mobilisent des centaines de “petites mains” pendant 5 ans ou plus pour bricoler des produits archaïques, inadaptés aux demandes actuelles des entreprises.

Remplacer la mise en œuvre d’un CRM Siebel par un CRM Salesforce, c’est pour une SSII un CA divisé par 10. Pas étonnant qu’elles ne soient pas toutes des fans du SaaS !


Les “bénéficiaires” ... externes du Web 2.0

Sextuples Ce n’est pas encore une famille “nombreuse” !

Tous les fournisseurs “natifs” Web 2.0, tels que Google, Salesforce, Netvibes ou Typepad, n’ayant pas de rentes de situation à défendre, mettent toute leur énergie à promouvoir les solutions innovantes.
Mais, tous ensemble, ils ne représentent encore qu’une toute petite partie du CA de l’industrie informatique.

Ce qui est encourageant, c’est que l’immense majorité de ces acteurs Web 2.0 a compris qu’ils devaient travailler ensemble pour gagner. API ouvertes, interopérabilité, Open Source font partie de leurs gènes.


Les “bénéficiaires” ...Internes du Web 2.0

A l’inverse, dans les entreprises, les bénéficiaires du Web 2.0 sont beaucoup plus nombreux, plus puissants que les ennemis de ces solutions.
New York marathon Ce sont eux qui devraient assurer la victoire progressive des outils et usages Web 2.0, en forçant l’offre à s’adapter à la demande.

Parmi les principaux bénéficiaires, j’ai envie de citer :

- Les digital natives, qui souhaitent trouver dans leur environnement de travail les outils grand pubic, qu’ils connaissent et maîtrisent bien.

- Les financiers, qui seront séduits par les réductions de coûts, fortes et rapides.

- Les dirigeants, sensibles à la vitesse de mise en œuvre de ces outils et au fait de ne plus être prisonniers de solutions rigides.

- La grande majorité des informaticiens, ravis de pouvoir proposer à leurs “clients” des solutions modernes, ergonomiques, sympas et très vite acceptées.

Je suis certain que vous trouverez d’autres familles de bénéficiaires, qui peuvent accélérer la diffusion des usages Web 2.0 dans les entreprises !


Mon métier : faire gagner les “bénéficiaires”, neutraliser les “ennemis”

David-and-goliath Si l’on a peur des difficultés, si la moindre rebuffade vous fait trembler, je vous déconseille fortement de vous lancer dans la promotion des solutions Web 2.0 !

Le déséquilibre apparent des forces, entre les ennemis et les bénéficiaires, est impressionnant.  Heureusement, le monde de l’informatique a montré, depuis plus de 40 ans, que les petites structures innovantes gagnent souvent :
- Microsoft, en 1990, avec Windows.
- Mozilla, qui en trois ans a propulsé Firefox à 30 % du marché en Europe.
- Facebook, avec 130 millions d’utilisateurs en 4 ans.

Nous avons aussi assisté à la chute rapide d’anciens leaders, incapables de s’adapter : Wang, Digital, Compaq, Data General ...

La réponse du PDG de Microsoft, Steve Ballmer, interrogé par ZDNet, est très révélatrice de la prise de conscience des risques du Web 2.0 par l’une des entreprises qui a le plus à perdre :

 " Entre Google et la situation économique, c'est Google qui me préoccupe le plus "

Machiavel Décidément, les siècles passent et Machiavel est de plus en plus d’actualité !

Platon, Montesquieu, Descartes... la longévité et la pertinence des idées des philosophes sont exceptionnelles ; difficile d’en dire autant de nos technologies et de nos discours sur le Web 2.0 ! 

Sachons rester modestes !

Read the original blog entry...

More Stories By Louis Nauges

Louis Naugès is Founder & President of Revevol, the first European Consulting organization 100% dedicated to SaaS and Cloud Computing. He has 30 years of IT experience. Very few people in Europe have his knowledge and expertise in Cloud & SaaS technologies and applications. He works directly with CIOs of very large organizations. Revevol is the first EMEA distributor of Google Apps and the largest worldwide organization deploying Google Apps is one of Revevol's clients.